Nos valeurs

Nos valeurs

L’ idée inédite de l’Abbé Pierre était , avec des objets jetés par la société, de remettre debout des hommes qu’elle avait exclus.

La sauvegarde de l’environnement n’était pas à l’origine, dans les années 1950, une préoccupation du Mouvement Emmaüs, pas plus qu’elle ne l’était d’ailleurs des politiques ni des citoyens.Mais dans un but social, la valorisation des déchets a été, depuis sa création, le cœur de métier  du Mouvement Emmaüs.

Dans l’après-guerre, c’est la récupération des matières premières (ferraille, métaux, papier, carton) qui ont permis aux premières Communautés de vivre.

Pendant les trente glorieuses, les subsides d’Emmaüs ont été trouvés avec la vente des objets jetés par une société consumériste. Cependant, le travail des matières premières est resté une activité des compagnons.

Avec la prise de conscience des problèmes environnementaux et, il faut bien l’écrire, la législation, le Mouvement Emmaüs s’est inscrit dans une démarche écologique en signant des conventions avec les filières de récupération des objets meublants, des appareils électriques non réparables, des papiers-cartons et des textiles.

 

La Communauté Emmaüs Nièvre ne touche aucune subvention publique et vit uniquement de son travail.

Les Compagnons bénéficient du Statut OACAS – Des Organismes d’Accueil Communautaire et d’Activités Solidaires – Loi n°2008-149 du 1er décembre 2008 et son décret d’application n°2009 du 14 juillet 2009) ; ils renoncent ainsi au RSA (revenu de Solidarité Active). La Communauté verse une allocation mensuelle , assume  les restes à charge des frais médicaux, tous les frais du quotidien et les coûts de formation.

L’accueil

Quels que soient son parcours, son origine, sa situation administrative ou sa religion, toute personne qui se présente dans un groupe Emmaüs est accueillie dans le strict respect de sa liberté et de sa dignité. La spécificité de l’inconditionnalité de l’accueil au sein du Mouvement Emmaüs implique l’accueil des personnes sortant de prison, des migrants sans-papiers et de toute personne qui frappe à notre porte. Un premier accueil qui s’accompagne le plus souvent d’un hébergement et d’un accompagnement social.